Le modèle de la ruche pour la formation d’équipe

par Chiku Malunga.

Cet article introduit le «modèle de la ruche» pour former une équipe. Il compare le travail en équipe avec la façon dont se conduisent les abeilles dans une ruche. Il peut aider les organisations et les groupes communautaires à prendre conscience et à comprendre l’importance d’utiliser des équipes et la façon dont on réussit en équipe. Il peut aussi fournir des idées pour évaluer le travail qui se fait actuellement en équipe.

Que voulons-nous dire par équipes? Ce sont généralement des groupes de quatre à douze personnes qui se rencontrent et résolvent des problèmes ensemble. Les équipes peuvent aider à:

  • faire face à des situations complexes car leurs membres ont des expériences variées
  • apporter des réponses rapides
  • maintenir une haute motivation en valorisant chaque membre de l’équipe
  • s’assurer de la qualité des décisions.

Le modèle de la ruche

Les abeilles vivent en ruches avec une organisation sociale précise. Chaque ruche a trois types d’abeilles, chacune ayant un travail particulier. La reine est responsable de la ponte des oeufs, les faux-bourdons de les fertiliser et les ouvrières d’apporter la nourriture et de s’occuper de la ruche. Chaque type d’abeilles est adapté à son travail. Les ouvrières changent de responsabilités lorsqu’elles vieillissent: elles commencent par nourrir les larves, puis elles ventilent et rafraîchissent la ruche en agitant leurs ailes, elles nettoient la ruche et finalement elles vont à la recherche de nourriture. Les abeilles d’âges différents accomplissent simultanément ces tâches à n’importe quel moment.

L’autre responsabilité essentielle des ouvrières consiste à attaquer et, si nécessaire, à piquer les intrus. Quand une ouvrière pique, son abdomen est généralement déchiré et elle meurt rapidement: en quelque sorte elle se sacrifie ou elle se suicide pour défendre les autres abeilles de sa ruche. Les liens sociaux font que les abeilles vivent ensemble dans la ruche. Quand elles ne sont pas occupées à travailler, les ouvrières lèchent à la fois les larves et la reine. Les ouvrières vont chercher la nourriture pour toutes celles qui habitent la ruche. Les ouvrières déjà dehors pour ramener la nourriture communiquent avec les autres abeilles pour leur indiquer sous forme de danses où trouver de la nourriture. En rentrant à la ruche avec la nourriture, deux sortes de danse sont possibles: si cette nourriture est à moins de 100 mètres de la ruche, les abeilles dansent en formant de petits cercles successifs «expliquant» ains que la source de nourriture est proche, mais sans dire exactement où la trouver. Si la source de nourriture est à plus de 100 mètres, elles dansent différemment et indiquent grâce à leurs mouvements la situation exacte de la nourriture.

Après avoir parlé de ce modèle (idéal pour un emploi en atelier), laissez les gens réfléchir à leur situation personnelle et discuter d’abord en petits groupes (voir encadré). Puis encouragez les gens à partager leurs vues ensemble.

Que peuvent apprendre les équipes?

Organisation La ruche a une structure qui est précise et comprise par tous ses membres. Les abeilles vivent longtemps ensemble, très près les unes des autres et elles travaillent bien.

Il faudra peut-être des années avant qu’une équipe travaille bien ensemble. Les membres de l’équipe ont besoin de buts bien définis et de travailler proches les unes des autres afin de partager et discuter de leurs idées et solutions avec la participation de tous les membres.

Adhésion Il y a dans la ruche trois sortes d’abeilles ayant chacune une fonction différente. Chaque sorte est adaptée à la fonction qu’elle doit remplir. Chacune des abeilles est acceptée et appréciée. Chaque groupe est qualifié et possède l’expérience requise et contribue donc à la vie de l’équipe.

Les équipes sont composées d’individus et ce sont leurs différentes valeurs spécifiques et leurs savoir-faire qui permettent à l’équipe de bien travailler. Les équipes efficaces nécessitent un mélange de personnes, capables de travailler ensemble.

Dans la ruche, tout le monde sait précisément ce qu’il doit faire: les fauxbourdons doivent fertiliser la reine, la reine doit pondre et les ouvrières doivent s’assurer du bon fonctionnement de la ruche.

Les équipes ne peuvent pas progresser si les objectifs ne sont pas clairs. Les membres doivent comprendre et savoir exactement quel rôle ils ont et ce qu’on attend d’eux, afin de minimiser les risques de malentendus et de conflits.

Division du travail Dans la ruche, la division du travail est claire, mais aucune abeille n’est forcée à travailler: elles le font toutes de bon coeur. Les ouvrières s’assurent que la ruche a les ressources nécessaires à son bon fonctionnement. Elles changent de rôles au cours de leur vie, selon leur âge. Cette division du travail est déterminée par le sexe, l’apprentissage et l’âge.

Les équipes devraient donner à chaque individu l’occasion de grandir et de se développer, ainsi que permettre aux gens d’être petit à petit responsables de tâches plus exigeantes ou demandant plus d’expérience. La flexibilité dans les équipes est un grand avantage. Des activités variées rendent la vie plus attrayante. Les équipes qui n’offrent que peu de variété risquent de rapidement perdre leur attrait.

Les abeilles savent ce qu’elles font et pourquoi elles le font: produire des oeufs, s’occuper des larves et maintenir la ruche en bon état. De la même façon, les équipes ont besoin de maintenir un bon équilibre entre établir des objectifs clairs et s’occuper des membres de l’équipe pour qu’ils grandissent.

Les membres de l’équipe devraient bénéficier de leur appartenance aux groupes. Ils devraient obtenir du groupe des bénéfices plus importants que leur contribution. Il est vital de former des équipes.

Soutien des membres d’une équipe Dans la ruche, les membres de l’équipe se soutiennent très fortement. Les ouvrières nourrissent les membres faibles: les larves. Elles attaquent aussi et, si nécessaire, elles piquent les intrus au péril de leur vie. Elles sont prêtes à donner leur vie pour le bienêtre de la ruche.

Les membres d’une équipe ont besoin de se soutenir. Les nouveaux ont parfois besoin d’énormément d’aide. Appartenir à une équipe demande parfois des sacrifices de la part de ses membres. L’adhésion au groupe implique parfois un changement au niveau de ses valeurs personnelles et de sa conduite pour, d’une façon générale, les adapter à celles du groupe.

Chaque membre d’équipe doit prendre cette responsabilité: protéger l’équipe des forces extérieures qui menacent de la détruire. Les membres d’une équipe ont besoin d’être dévoués au but de cette équipe et envers les autres membres. Cet engagement est la force qui soude les membres du groupe.

Communications et jeux Lorsque les ouvrières reviennent de leurs expéditions et qu’elles ont réussi à trouver de la nourriture, elles se mettent à danser. Les équipes ne connaîtront pas le succès sans une bonne communication ouverte qui fait naître et maintient la confiance. Les équipes ont besoin d’avoir accès à l’information pour que leurs membres puissent s’en tirer seuls. Les membres d’une équipe doivent s’écouter les uns les autres.

Les équipes qui marchent bien s’amusent. Danser est une activité ludique, de célébration, de bonheur. Etre membre d’une équipe donne beaucoup de satisfaction et il est agréable d’exprimer ouvertement son enthousiasme et sa joie en accomplissant son travail. Chaque fois que les ouvrières rentrent d’expéditions, elles font une «réunion» pour raconter leur réussite. La fréquence et la régularité des réunions jouent un rôle crucial dans le succès des équipes. Les équipes doivent se rencontrer physiquement et se tenir au courant des derniers développements de leurs tâches. Après les «réunions», les abeilles sortent ensemble pour aller chercher la nourriture. Avec des équipes efficaces, le travail est fait!

Conclusion

Comme dans tout modèle, celui-ci a ses limites. Par exemple, le nombre des abeilles dans la ruche est bien supérieur à douze! De plus, les abeilles naissent dans la ruche: elles ne décident pas de faire partie de l’équipe. Pourtant, nous pouvons beaucoup apprendre des abeilles et le modèle peut se révéler très utile. Pouvez-vous l’appliquer à votre situation personnelle en utilisant la discussion proposée en page 10?

Chiku Malunga est un conseiller qui travaille pour le développement rural et le renforcement des capacités des ONG pour le compte de CABUNGO, PO Box 1535, Blantyre, Malawi.

Tél/Fax +265 636 295 E-mail: cabungo@malawi.net

Pour une discussion:

  • Qu’est-ce qui rend une équipe d’abeilles efficace?
  • Pouvons-nous apprendre quelque chose en considérant les genres (masculin/féminin) dans ce modèle?
  • Quelles similitudes rencontre-t-on dans ce modèle et notre situation personnelle relative aux équipes?
  • Notre situation est-elle très différente?
  • Que pourrions-nous faire différemment afin d’être plus efficaces?